Friche oh ma friche

Friche oh ma friche !

Combien d’innombrables fois ce mot  « friche » est-il  prononcé  dans des projets d’urbanisation ou d’aménagement ?

D’après wikipedia :

Une « friche » est un terrain ou une propriété, sans occupant humain actif, un terroir délaissé ou une zone abandonnée par l’homme, qui n’est en conséquence pas, ou plus cultivé, productif ni même entretenu.

Une friche c’est surtout un terrain ou le mètre 2 ne coute pas cher et ou convergent toutes les convoitises.

Selon qu’ont soit :

  • urbaniste :

Il faut absolument : valoriser, aménager, réaménager, mettre  en valeur, nettoyer, urbaniser, trouver une nouvelle vocation.

  • Scientifique:

Il faut absolument : préserver, protéger, sauver, sauvegarder le patrimoine naturel, maintenir la richesse en biodiversité, éviter des actions irrémédiables.

Un urbaniste ne voit en la «  friche »  que des défauts, il lui associe des synonymes péjoratifs pour la dévaloriser, en d’autres termes, quant on veut tuer son chien on l’accuse de  la rage !

Un scientifique mesure toute la valeur d’une «  friche » .Une « friche » recèle d’autant plus de richesse en biodiversité qu’elle est  peu fréquentée  par l’Omo sapiens. Les friches sont les derniers lieux  urbains ou péri-urbains ou la biodiversité puisse s’exprimer.

Comparaison des  mots associés au mot « friche » selon qu’on soit urbaniste ou bien scientifique

 

urbaniste scientifique
Industrielle Habitats naturels, biodiversité
Pollution, dépollution Menace, protection
Abandonnée, délaissée Patrimoine
Impact négatif sur l’environnement Espèces protégées, espèces rares
Ronces et broussailles, entretien Classement, réserve
Réhabilitation, reconquête, aménagement Friches semi ouvertes
Terrain vague, inculte, infertile Friches calcaro sableuse
Inaccessible, impénétrable, négligée Friches prairiales sèches
Danger, risque Carciçaies, pelouse calcaro marneuse
Dégradé, problèmes Tonsures sableuses
désertique Fruticées et ronciers

Halte au massacre des friches, arrêtons d’urbaniser sans précautions des espaces riches en biodiversité.

Une friche même industrielle, même polluée, même délaissée , abandonnée par l’homme n’est pas un lieu sans occupants.

Bien au contraire, moins il y à d’Omo sapiens plus la biodiversité est riche  !

Dans les friches on trouve une concentration maximum d’espèces qui ne trouvent plus, ni en milieu urbain ni en milieu rural, l’espace qui leur est nécessaire pour s’épanouir.

Avis aux urbanistes incultes, une friche est un lieu de contraintes maximales en matière de protection de l’environnement. En d’autre termes une ZEM, Zone d’Emmerdement Maximum.

Mention spéciale +++ pour les « friches »  issues de l’arrêt d’exploitation des  anciennes carrières.

Pour votre parfaite information, mesdames et messieurs les aménageurs, n’oubliez jamais  que :

La plus part des lieux classés pour leur richesse en biodiversité sont d’anciennes carrières.

Quelques exemples dans le Mantois :

Réserve Naturelle Régionale de Limay (ancienne carrière)

Domaine Régional de Flicourt (ancienne carrière) +Natura 2000

Réserve Naturelle de Moisson (ancienne carrière) + Natura 2000

Arrêté de Protection du Biotope (la plus haute protection) APB d’ Epône « Le bout du Monde » (ancienne carrière)

Sites Chiroptères du Vexin Français _ Natura 2000 (anciennes carrières)

Carrière de Guerville _ Natura 2000 (carrière en partie en exploitation)

Une « friche » est un lieu de liberté pour la biodiversité, un lieu à protéger, surtout de la sur fréquentation humaine.

N’oublions jamais que l’homme n’est qu’une espèce parmi les millions qui peuplent cette planète, il n’y a aucune raison pour qu’il monopolise tout l’espace au détriment des autres espèces.

Un espace, s’il n’est pas productif pour l’homme est, à contrario, très productif pour la biodiversité !

La biodiversité n’a que faire des espaces verts et de leurs pelouses bien tondues, elle ne les fréquente pas !

Elle les laisse aux humains et aux crottes de leurs chiens, car la biodiversité préfère les « friches ».

 

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.